lundi 6 juillet 2009

Une lettre enfin postée

Je pourrais aujourd’hui publier mes impressions sur “Êtes-vous mariée à un psychopathe ? », mais je remets à un peu plus tard. J’ai besoin de reprendre le fil de la conversation avec vous. Je viens de vivre un mois trop plein pour son nombre de jours et aujourd’hui, c’est le retour à la normale, et je le célèbre.

Je reprends mon rythme et reprendrai mon rythme de sorties de billets aussi. Ça veut dire beaucoup. Vivre à son rythme signifie qu’il y a un équilibre entre le donné et le recevoir, et le moindrement un contrôle exercé sur les sorties et les entrées.

J’opte donc pour un sujet près de moi : La correspondance avec Chloé Ste-Marie
Toute qu’une correspondance !

Je descends dans le temps avec vous pour vous l’exposer. Ma mère vient de mourir et je suis en état de choc sourd, sournois, puisque je ne réalise pas jusqu’à quel point. Je suis une réaction. Toutes les actions que j’entreprendrais suivant de près cette mort seront une chaîne de réactions (qui me mènera à Eastman d'ailleurs). Une de celle-ci est de prendre la poésie qui a accompagné les hauts et les bas de ma vie et de l’ouvrir en éventail. De ne plus la chuchoter dans le cœur de moi, qu’elle s’entende par ma voix. C’est mon fils, Karil, qui a rendu possible cet impératif. Il possédait un mini studio d’enregistrement, nous avons donc gravé la musique de mes mots. Où ? Dans la chambre d’invité du logement déserté de maman. L’endroit n’a même pas été planifié par nos bonnes têtes pensantes, le logement libre étant momentanément occupé par mon fils qui en avait justement besoin. Première correspondance, le lieu s’est imposé. La suivante m’amène à Chloé Ste-Marie, aidante naturelle, fée qui flamboie et chante le mot de nos poètes, lui donne un souffle. Je me suis mise en tête de lui offrir de mes mots, prenant la chance qu'elle s'enchante à un de mes poèmes, et qu'elle le chante. L’aidante naturelle que j’avais été pour ma mère se reconnaissait, se mirait, se soulageait en elle. Une autre correspondance.

Cette correspondance ne se rendra pas jusqu’à la rencontre puisque Chloé Ste-Marie ne recevra jamais mes textes, encore moins mon CD, ni même la lettre que je lui avais écrite. Pourquoi ? Cela reste assez nébuleux pour me laisser croire que la rencontre n’était pas mûre. Que j’avais surtout besoin d’une rencontre avec moi-même, à travers elle.

Six années se sont écoulées. Cet été, Chloé Ste-Marie ouvre la septième édition des Correspondances d'Eastman par un spectacle intimiste de lectures et de chansons dont certaines sont tirées d’un album à paraître en innu. Je vais la croiser, peut-être la rencontrer, je ne sais pas. Ce dont je suis certaine est que je vais lui adresser cette lettre écrite en 2004, jamais postée mais que j’ai heureusement conservée.

Je suis invitée à adresser une lettre, comme chacun de vous l’êtes à un ou plusieurs des 40 invités des Correspondances. Ils espèrent de vos nouvelles, ils sont ici grâce à vous ; auditeurs, admirateurs, lecteurs, vous êtes les artisans de leur popularité. Je ne crois pas qu’ils l’oublient, mais si jamais vous en doutez, qui n’aiment pas entendre celui qui reçoit son message ?

Qu’est-ce qu’un messager, le meilleur soit-il, sans celui qui écoute son message ?

Vous adressez vos lettres à :
Un des 40 invités
8, 5ième Rue,
Eastman Qc J0E 1P0

14 commentaires:

Beo a dit...

Si j'ai bien suivi chère Venise, tu as encore cette lettre vers toi et tu vas lui donner?


J'ai vu Chloé Ste-Marie à la semaine du Québec, ici en Suisse, il y a au moins 6 ans... peut-être un peu plus. Du pur bonheur!

J'espère que tu vas nous parler de la suite de cette belle rencontre ;)

Venise a dit...

@ Béo : En plein ça ! Je suis contente de l'avoir conservée, cette lettre. Faut dire qu'elle n'est pas manuscrite, elle dormait sur une disquette.

Tu sais que n'importe qui peut écrire à un des 40 invités des Correspondances ? Pourquoi je n'utiliserai pas ce privilège pour moi-même. On fera mentir l'adage "cordonnier mal chaussé" !

Beo a dit...

J'espère bien que tu vas utiliser ce privilège! Une lettre qui attends depuis 5 ans a bien droit d'être livrée, et de main à main Madame!

Venise a dit...

@ Béo : Nous sommes décidément sur la même longueur d'ondes toi et moi, car c'est en plein ce que je me dis !

Je te ferai suivre l'histoire qui s'écrira sous vos yeux.

Beo a dit...

Yep alors. Et si jamais t'as l'ocassion de lui glisser à l'oreille: que ses prestations en Suisse ont eu pas mal d'effet. Les gens me disaient admirer sa créativité et son énergie sur scène.

Venise a dit...

Béo : Compte sur moi ! D'avance, j'aime passer le mot, encore plus, s'il est encourageant.

gaétan a dit...

:-)
Si je peux finir par lâcher pinceau, rouleau, pelle et autres travaux de propriétaire pour moi et pour les enfants j'te jure que je prends la plume pour écrire quelques lettres.

Venise a dit...

@ Gaétan : Tu peux pas savoir comment tu me fait plaisir ! Et comme tu peux pas savoir, eh bien, je te le dis !

Une plume, c'est léger, après avoir manié l'équipement rude du propriétaire. Et puis, les lettres, ça s'écrit confortablement assis ...

:-)

Allie a dit...

Je trouve ton billet très touchant, Venise... J'espère que cette lettre se rendra à bon port! Tiens nous au courant du dénouement...

Venise a dit...

@ Allie : Les artistes ne se doutent pas toujours jusqu'à quel point ils touchent les gens à certains moments de leur vie. Aussi bien en profiter pour l'exprimer, tandis que j'en ai l'occasion.

réjean a dit...

Le timing est bon.

helenablue a dit...

Ah Venise, quelle belle destinée que cette lettre ...

Laurence a dit...

Chère Venise! Je suis certaine que tes mots toucheront Chloé Sainte-Marie comme ils touchent tes fidèles... comment on pourrait appeler ça... blogophiles? Ce n'est pas facile de rester assez authentique et spontané pour arriver encore et encore au coeur des lecteurs. Aie confiance! Tu auras une réponse à ta missive, peu importe la forme de cette réponse et peu importe la personne qui te l'offrira, la vie a parfois bien des détours... et des correspondances, comme l'avait si bien établit Baudelaire: aux choses terrestres correspondent toujours des choses célestes inattendues... xx

gaétan a dit...

Chose promise.... Je n'ai pas terminé les travaux "d'intendance" mais j'ai trouvé le temps pour une lettre que je posterai ce soir ou demain.
Si j'ai bien compris, le prix a gagné est un laisser-passer pour un spectacle littéraire ?